Ami(e)s de Mines Alerte

Feu rouge pour les mines d’uranium au Québec : La Coalition Québec meilleure mine se réjouit de la conclusion du BAPE

Source: 
La Coalition pour que le Québec ait meilleure mine

(Québec) La Coalition pour que le Québec ait meilleure mine se réjouit de la conclusion du rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) qui conclut que les risques et les incertitudes reliés à l’exploitation des mines d’uranium pour la santé et l’environnement sont encore trop nombreux pour autoriser leur exploitation. Le BAPE conclut : « En conséquence, il serait contre-indiqué de donner le feu vert à l’exploitation de l’uranium sur le territoire du Québec dans le contexte actuel » (p.xiv).

Québec appelé à interdire l’exploitation de l’uranium

« Nous sommes très heureux des conclusions du rapport du BAPE qui, après plus d’un an d’analyses et des douzaines de consultations publiques dans les quatre coins du Québec, constatent ce que nous constatons depuis des années : les risques et les incertitudes des mines d’uranium pour la santé et l’environnement sont encore trop nombreux pour autoriser leur exploitation », affirme Dominique Bernier, coordonnatrice de la Coalition Québec meilleure mine.

« Nous demandons maintenant à Québec de mettre en œuvre les conclusions du BAPE et de suivre les exemples de la Colombie-Britannique et de la Nouvelle-Écosse en légiférant contre l’exploitation de ce type de mines au Québec », affirme Ugo Lapointe de MiningWatch Canada et coporte-parole de la Coalition pour que le Québec ait meilleure mine.

La radioactivité du minerai : au cœur de l’enjeu

Dans le rapport exhaustif de 626 pages, le BAPE conclut que la radioactivité du minerai et des déchets miniers laissés derrière est au cœur de l’enjeu face à l’acceptabilité de cette industrie. Chaque mine produit généralement des milliers de tonnes de déchets miniers contenant un cocktail d’éléments toxiques, dont plusieurs demeurent radioactifs à très long terme (millier d’années). Le BAPE n’est pas satisfait des méthodes et des technologies actuelles pour maintenir la sécurité à long terme des sites uranifères. Le BAPE craint également les coûts élevés que ces sites pourraient engendrer incombent aux générations futures, à la fois sur le plan environnemental et économique.

Une filière socialement inacceptable

Face aux risques et aux incertitudes des mines d’uranium, le BAPE constate également qu’il n’y pas d’acceptabilité sociale de cette filière au Québec. Une vaste majorité des intervenants se sont prononcés contre cette filière lors des audiences, en plus de très nombreux organismes au cours des dernières années, dont des centaines de municipalités et l’ensemble des Premières nations du Québec.

La Coalition réagira de façon détaillée à l’ensemble du rapport dans une prochaine communication.

Pour informations:

La coalition Pour que le Québec ait meilleure mine! a vu le jour au printemps 2008 et est aujourd’hui constituée d’une trentaine d’organismes représentant collectivement plus de 250 000 membres partout au Québec. La coalition s’est donnée pour mission de revoir la façon dont on encadre et développe le secteur minier au Québec, dans le but de promouvoir de meilleures pratiques aux plans social, environnemental et économique. Site : www.quebecmeilleuremine.org.

Les membres actuels de la coalition : Action boréale Abitibi-Témiscamingue (ABAT) ▪ Alternatives ▪ Association canadienne des médecins pour l’environnement (ACME) ▪ Association de protection de l’environnement des Hautes-Laurentides (APEHL) ▪ Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) ▪ Centrale des syndicats du Québec (CSQ) ▪ Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté ▪ Coalition de l’ouest du Québec contre l’exploitation de l’uranium (COQEU) ▪ Coalition Stop Uranium de Baie-des-Chaleurs ▪ Comité de vigilance de Malartic ▪ Écojustice ▪ Eco-vigilance Baie-des-Chaleurs ▪ Environnement Vert Plus Baie-des-Chaleurs ▪ Fondation Rivières ▪ Forum de l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM ▪ Groupe solidarité justice ▪ Les AmiEs de la Terre de Québec ▪ Justice transnationale extractive (JUSTE) ▪ MiningWatch Canada ▪ Minganie sans uranium ▪ Mouvement Vert Mauricie ▪ Nature Québec ▪ Professionnels de la santé pour la survie mondiale ▪ Regroupement citoyen pour la sauvegarde de la grande baie de Sept-Îles ▪ Regroupement pour la surveillance du nucléaire ▪ Réseau œcuménique justice et paix (ROJeP) ▪ Réseau québécois des groupes écologistes (RQGE) ▪ Sept-Îles sans uranium ▪ Société pour la nature et les parcs (SNAP-Québec) ▪ Société pour vaincre la pollution (SVP) ▪ Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ). Tous nouveaux membres bienvenus.