Mines Alerte dans les Nouvelles

Mine de Malartic: 50 millions pour atténuer les désagréments

La société minière a présenté son plan à la population, qui prévoit des acquisitions de maisons près de la fosse pour 150 000 $ chacune

16 mai 2016 | François Desjardins

La fosse de la mine d’or de Malartic pourrait s’agrandir si le projet de l’entreprise est approuvé.

Photo: Lawrence Côté-Collins La fosse de la mine d’or de Malartic pourrait s’agrandir si le projet de l’entreprise est approuvé.

La société minière Canadian Malartic a présenté aux citoyens de la ville dimanche une nouvelle version de son guide de cohabitation, qui prévoit 10 millions pour des acquisitions de maisons situées le plus près de la mine et 40 millions pour les inconvénients et dérangements.

Fruit de 16 rencontres de travail entre différentes parties prenantes, dont la Ville, les citoyens qui habitent le plus près de la mine, des experts, la Coalition Québec meilleure mine et des acteurs économiques locaux, le plan pourrait être mis en oeuvre cet été.

Deux volets

La présentation du plan constitue un chapitre majeur pour la population locale, car les modalités potentielles étaient jusqu’ici inconnues et que la société minière travaille déjà sur l’expansion de la mine. Le Bureau des audiences publiques sur l’environnement (BAPE) a récemment tenu une séance d’information avec les citoyens.

Les 40 millions en compensations, pour tous les citoyens et rétroactifs aux trois dernières années, visent à indemniser la population en fonction de la proximité et du degré de dérangement, par exemple la poussière, le bruit, les vibrations, etc.

Quant au budget d’acquisitions, il se situe à 6,8 millions pour les activités actuelles, à raison de 150 000 $ en moyenne pour chacune des 45 maisons admissibles dans le quartier sud, situé à côté de la mine. Il pourrait atteindre 9,8 millions si l’agrandissement était un jour autorisé, ce qui toucherait vingt maisons supplémentaires.

Le plan sera soumis aux commentaires jusqu’au 31 mai. Celui-ci demeure « préliminaire » et « pourrait être amélioré », peut-on lire dans une lettre aux citoyens signée par le maire, Martin Ferron, le directeur général de la mine, Serge Blais, et les coprésidents par intérim du comité de suivi, Vincent Rousson et Jacques Saucier.

Par ailleurs, certains sujets continuent de faire l’objet de discussion, notamment les mesures d’atténuation et le déménagement des « personnes vulnérables ».

« Les citoyens sont déçus », a dit Louis Trottier, membre du Comité de citoyens de la zone sud de la voie ferrée. Très mécontent, il a dit que les citoyens tiendraient une assemblée publique lundi soir, en présence d’un avocat, pour déterminer la façon dont ils entendent réagir.

Pas suffisant

La Coalition Québec meilleure mine et MiningWatch Canada estiment que l’enveloppe devrait plutôt tourner autour de 200 millions.

« Une enveloppe de 50 millions permettrait d’offrir l’acquisition à peine à 5 % de la population de Malartic alors que la santé publique a clairement indiqué que près de 30 % de la population demande à être relocalisée, une proportion qui augmente à plus de 50 % dans les quartiers les plus rapprochés de la mine à cause des impacts reliés aux dynamitages, au bruit, à la poussière et à la circulation accrue », a déclaré le porte-parole de la Coalition Québec meilleure mine, Ugo Lapointe.

Publié à http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/471014/mine-de-malartic-50-millions-pour-attenuer-les-desagrements.