Communiqué

Le fiasco Mine Arnaud d’Investissement Québec : Arrêt du projet et enquête publique réclamés

Source: 
Coalition Québec meilleure mine - MiningWatch Canada

(Québec, 16 octobre 2015) Suite au retrait de Yara International et aux récentes déclarations d’Investissement Québec concernant le projet Mine Arnaud à Sept-Îles, la Coalition Québec meilleure mine réclame l’arrêt du projet et une enquête publique pour faire la lumière sur le fiasco qu’il représente sur les plans social, environnemental et économique.

« Le gouvernement du Québec doit admettre ses erreurs, mettre fin au projet et présenter ses excuses à l’ensemble de la population de Sept-Îles et aux Québécois. Nous réclamons également une enquête publique afin de faire toute la lumière sur la façon dont a été géré le projet jusqu’au dérapage que l’on constate aujourd’hui », affirme Ugo Lapointe, coporte-parole de la Coalition Québec meilleure mine et coordonnateur à MiningWatch.

« Après plus de 30 millions perdus dans ce projet, son rejet par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), l’immense controverse sociale vécue localement, et maintenant le retrait de Yara International,  Québec doit reconnaître son erreur. Cette mésaventure pose depuis le début des problèmes importants tant aux plans de l'environnement, de la santé, de l'acceptabilité sociale, de la sécurité que de la rentabilité financière. », insiste Dominique Bernier, coordonnatrice à la Coalition Québec meilleure mine.

Ouvrir tous les livres

La Coalition Québec meilleure réclame notamment qu’Investissement Québec ouvre tous ses livres, dévoile toutes les ententes qu’elle avait signée avec Yara International, de même que toutes ses correspondances reliées au projet depuis 2009. La Coalition réclame également que la récente étude de faisabilité économique du projet, datant de l’automne 2014, soit rendue publique et que le ministère de l’Environnement vienne présenter à la population de Sept-Îles en quoi le projet a vraiment changé depuis les sévères critiques du BAPE en 2014.

« Le gouvernement du Québec refuse toujours de venir expliquer sa décision d'autoriser le projet devant la population, malgré les demandes répétées du maire et du conseil de ville, du chef du conseil innu Uashat Mak Mani-Utenam, de la députée de Duplessis Mme Lorraine Richard, de la Chambre de commerce de Sept-Îles et de la Corporation de protection de l'Environnement. C'est inadmissible», affirme Marc Fafard, militant de longue date dans la région.

« Il n’est pas question de mettre un sous de plus d’argent public dans le fiasco de Mine Arnaud. La population a le droit de savoir ce qui a mené à ce dérapage. S’il y avait vraiment des ententes avec Yara International, comment se fait-il que que l'entreprise puisse soudainement faire marche arrière sans pénalité aucune? Pourquoi Investissement Québec s’entête-t-il à appuyer des canards boiteux au détriment d’autres projets beaucoup plus solides ou beaucoup moins controversés? Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond, on nous cache des choses, ça prend un enquête publique », de conclure M. Lapointe.

Rappelons que la Coalition Québec meilleure mine avait sonné l’alarme en 2013 et en 2014 concernant les ententes avec Yara International et les risques financiers du projet. En plus de rejeter le projet pour des raisons d’environnement et de sécurité publique, le BAPE remettait également en question la viabilité économique du projet.

Pour information :

  • Dominique Bernier, Coalition Québec meilleure mine, 418-570-3497
  • Ugo Lapointe, MiningWatch Canada, 514-708-0134

La coalition Pour que le Québec ait meilleure mine! a vu le jour au printemps 2008 et est aujourd’hui constituée d’une trentaine d’organismes membres représentant collectivement plus de 250 000 individus, partout au Québec. La coalition s’est donnée pour mission de revoir la façon dont on encadre et développe le secteur minier au Québec, dans le but de promouvoir de meilleures pratiques aux plans social, environnemental et économique. Site : www.quebecmeilleuremine.org.

Les membres actuels de la coalition : Action boréale Abitibi-Témiscamingue (ABAT) ▪ Alternatives ▪ Association canadienne des médecins pour l’environnement (ACME) ▪ Association de protection de l’environnement des Hautes-Laurentides (APEHL) ▪ Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA) ▪ Centrale des syndicats du Québec (CSQ) ▪ Centre de recherche en éducation et formation relatives à l’environnement et à l’écocitoyenneté ▪ Coalition de l’ouest du Québec contre l’exploitation de l’uranium (COQEU) ▪ Coalition Stop Uranium de Baie-des-Chaleurs ▪ Comité de vigilance de Malartic ▪ Écojustice ▪ Eco-vigilance Baie-des-Chaleurs ▪ Environnement Vert Plus Baie-des-Chaleurs ▪ Fondation Rivières ▪ Forum de l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQAM ▪ Groupe solidarité justice ▪ Les AmiEs de la Terre de Québec ▪ Justice transnationale extractive (JUSTE) ▪ MiningWatch Canada  ▪ Minganie sans uranium ▪ Mouvement Vert Mauricie ▪ Nature Québec ▪ Professionnels de la santé pour la survie mondiale ▪ Regroupement citoyen pour la sauvegarde de la grande baie de Sept-Îles ▪ Regroupement pour la surveillance du nucléaire ▪ Réseau œcuménique justice et paix (ROJeP) ▪ Réseau québécois des groupes écologistes (RQGE) ▪ Sept-Îles sans uranium ▪ Société pour la nature et les parcs (SNAP-Québec) ▪ Société pour vaincre la pollution (SVP) ▪ Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ). Tous nouveaux membres bienvenus.