Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
Communiqué

Les groupes de conservation demandent au gouvernement fédéral et aux enseignantes et enseignants d’agir rapidement relativement à la mine de charbon Cheviot

Ottawa : Le Sierra Club du Canada (SCC) et Mines Alerte Canada ont lancé un programme d’action à trois volets pour empêcher l’ouverture de la mine de charbon à ciel ouvert Cheviot, un projet des plus controversé. S’étendant sur un terrain aussi large que la capitale de l’Alberta, Edmonton, la mine Cheviot arracherait le cœur même d’un terrain en friche national important, contigu au parc national Jasper.

Dans une lettre collective signée par les grands organismes de conservation du Canada, de même que les groupes locaux et provinciaux, le SCC et Mines Alerte ont demandé au ministre fédéral de l’Environnement et à celui des Pêches et des Océans d’amorcer immédiatement un examen complet, y compris des audiences, sur le nouveau projet de mine. L’ouverture de cette mine pour l’exportation de charbon métallurgique a été annoncée par Fording Canadian Coal Trust (CCT), le 16 mars dernier. Depuis, on a appris que la construction du chemin d’exploitation pour la mine était en cours avant même cette annonce, bien que le gouvernement fédéral n’ait donné aucune autorisation pour la mine.

La campagne vise également le régime de retraite des enseignantes et enseignants de l’Ontario, copropriétaires de Cheviot, et appuie la demande des permis délivrés par le ministère de l’Environnement de l’Alberta. Les principaux propriétaires de Fording CTT sont le régime de retraite des enseignantes et enseignants de l’Ontario (RREEO) et Teck Cominco, situé à Vancouver, ainsi que les anciens actionnaires de Fording Inc de Calgary.

« Cette mine sera un cauchemar écologique », de dire Dianne Pachal, directrice d’Alberta Wilderness du SCC. « Sous forme d’un ‘ L ’ géant qui suit la limite est du parc national Jasper, leur mine Cheviot chevaucherait la ligne de partage des eaux des océans Arctique et Atlantique, sur un habitat essentiel de la faune désigné par la province. »

Tel que documenté par Parcs Canada, ses conséquences incluent des dommages sur l’intégrité écologique du parc Jasper qui, avec Banff et les parcs nationaux Yoho et Kootenay, a été désigné par les Nations Unies comme site du patrimoine mondial de l’UNESCO, en 1972. La zone minière proposée est l’habitat de prédilection des grizzlis, qui errent également dans le parc national.

« En ce moment même, d’immenses bulldozers et camions à bascule construisent la principale route d’exploitation du charbon, sans aucune autorisation fédérale nécessaire en place pour la mine », de dire Elizabeth May, directrice générale du Sierra Club du Canada. « C’est maintenant au tour du gouvernement de Paul Martin et aux enseignantes et enseignants de l’Ontario de réagir. Allons-nous échanger des joyaux comme le parc Jasper et le Mountain Park pour un morceau de charbon? »

Joan Kuyek, coordonnatrice nationale de Mines Alerte Canada souligne ceci : « Ce nouveau projet, tout en nécessitant une plus grande portion de terres de la Couronne pour la mine et causant potentiellement plus de dommages à l’environnement, ne fera que créer un quart des emplois promis plus tôt et produira la moitié moins de charbon. »

- 30 -

Personne ressource :
Elizabeth May, directrice générale, Sierra Club du Canada (613) 241-4611
Dianne Pachel, directrice d’Alberta Wilderness (403) 234-7368
Joan Kuyek, coordonnatrice national, Mines Alerte Canada (613) 569-3439
Infos : www.sierraclub.ca/national/programs/biodiversity/wilderness/cheviot/index.html