Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
Communiqué

Les opposants à l'uranium gagnent une première manche dans la Baie des Chaleurs

Communiqué de la Coalition Stop Uranium Baie des Chaleurs

La Coalition Stop Uranium Baie des Chaleurs et le Comité de citoyens de Pointe-à-la-Croix ont accueilli avec joie l’annonce par la compagnie Terra Firma Resources de son retrait de la propriété Restigouche, soit des trois blocs de claims miniers pour de l’uranium dans la Baie des Chaleurs. Bien que ce soit une belle victoire pour les opposants à l’uranium, le porte-parole de la Coalition Michel Goudreau croit « qu’il est trop tôt pour sortir le champagne. »

En effet, le retrait de la compagnie minière de Vancouver engendre le retour des claims miniers pour l’uranium à un prospecteur de la région qui peut se tourner vers une autre compagnie minière prête à investir dans des travaux d’exploration. Selon Luc Vallières du Comité citoyen qui a galvanisé l’opposition des propriétaires à Pointe-à-la-Croix, « toute compagnie qui pourrait avoir l’idée d’explorer pour de l’uranium sur notre territoire fera face à la même opposition ».

Pour la Coalition Stop Uranium, « nous avons gagné une première manche mais la partie ne sera vraiment gagnée que lorsqu’un moratoire sur l’uranium sera adopté au Québec. » Au Québec et ailleurs au Canada, les minières intéressées par l’uranium ont eu à affronter des blocus populaires, que ce soit sur la Côte Nord, dans les Hautes-Laurentides ou en Gaspésie. La ministre Nathalie Normandeau et son gouvernement devraient comprendre que l’exploration et l’exploitation d’uranium n’est pas une option durable tant aux plans environnemental, social, qu’économique en raison des grandes quantités de déchets toxiques et radioactifs découlant de cette activité.

La Coalition gaspésienne qui est membre d’un large mouvement au Québec, la Coalition Pour que le Québec ait meilleure Mine!, va continuer de revendiquer un moratoire sur l’uranium au Québec (comme l’ont accordé la Nouvelle-Écosse et la Colombie-Britannique) et des changements majeurs à la désuète Loi sur les Mines visant à accorder plus de pouvoirs aux municipalités et aux propriétaires aux prises avec des projets miniers non acceptables socialement.

Rappelons que la compagnie Terra Firma Resources de Vancouver a reçu la semaine dernière 125 lettres enregistrées de propriétaires de terrains situés sur les claims miniers à Pointe-à-la-Croix interdisant à la compagnie d’y effectuer tous travaux miniers. Cette démarche venait effectivement bloquer l’accès à un peu plus de la moitié du territoire convoité par la compagnie pour des travaux d’exploration d’uranium. 

La Coalition rappelle que les claims miniers en terre publique demeurent complètement ouverts à l’exploration minière pour l’uranium ou autres métaux sans véritable contrôle par le Ministère des Ressources Naturelles et de la Faune (MRNF). « Voilà pourquoi nous allons continuer de faire pression sur le ministère de Nathalie Normandeau : afin d’obtenir un moratoire sur l’uranium, car il s’agit là de la seule solution à long terme pouvant protéger la santé et l’environnement des populations de toutes les régions du Québec » de conclure Michel Goudreau, porte-parole de la Coalition Stop Uranium Baie des Chaleurs.

-30-

Information:
Michel Goudreau, porte-parole de la Coalition Stop Uranium 418-788-5590
Luc Vallières, porte-parole du Comité Citoyen de Pointe-à-la-Croix, 418-788-5951/788-2555

Superficie des claims sur terrains privés : 2 359 hectares / sur terres publiques : 2 336 hectares