EnglishEspañolFrançais
Mines Alerte dans les Nouvelles

Lac Bloom : l’agrandissement du parc de résidus miniers sera soumis au BAPE

Source: 
Radio-Canada

Des pelles mécaniques stationnées sur le site de la mine du lac Bloom, près de Fermont.

Des pelles mécaniques stationnées sur le site de la mine du lac Bloom, près de Fermont.

PHOTO : RADIO-CANADA

Radio-Canada

À la demande du ministre de l’Environnement du Québec, Benoit Charette, le projet d'agrandissement du parc de résidus de la mine de fer du Lac Bloom sera soumis à une enquête et une audience publique du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement.

La compagnie Minerai de fer Québec souhaite doubler sa production annuelle de concentré de minerai de fer, pour atteindre jusqu'à 16 millions de tonnes. Pour ce faire, la compagnie doit agrandir son parc à résidus stériles. 

Cet agrandissement causerait la destruction de huit lacs. Près de 75 hectares de milieux humides incluant des tourbières, des étangs et des marécages seraient également à risque, selon l'entreprise.

En mars, la compagnie affirmait avoir déjà investi 68 millions de dollars dans le projet de phase 2 de la mine du Lac Bloom. Le projet est évalué à près de trois quarts de milliard de dollars en incluant les coûts de fermeture de la mine.

Champion Iron, dont Minerai de Fer Québec est une filiale, indique que l'enquête et l'audience du BAPE font partie du processus normal que l'entreprise attendait en lançant son projet.

Le BAPE entendra des groupes et des citoyens qui souhaitent s'exprimer au sujet du projet de la mine de fer du Lac Bloom.

Les commissaires ont le pouvoir de convoquer des personnes à l’audience publique pour qu’ils puissent répondre à des questions et peuvent également exiger tout dépôt de document qu’ils jugent pertinent à leur analyse et pertinent à l'intérêt public, explique Alexandra Barbeau, porte-parole du BAPE.

Pierre Magnan présidera la commission d'enquête et sera appuyé par le commissaire Jacques Locat.

Le mandat du BAPE débutera le 19 octobre et sera d'une durée maximale de quatre mois. Le rapport contenant les recommandations destinées au ministre de l'Environnement devra donc être remis en février. 

Travaux miniers près d'un lac.

La mine du Lac Bloom, exploitée par l'entreprise Champion Iron près de Fermont, au Québec

PHOTO : REUTERS / REUTERS STAFF

Rencontre préparatoire la semaine prochaine

La rencontre préparatoire publique à cette enquête aura lieu le mercredi 7 octobre à 19 h et sera diffusée en direct sur le site web du BAPE et sur sa page Facebook.

En fait, le but de cette rencontre-là est de préparer un peu les citoyens, de leur expliquer comment ça va fonctionner, c'est quoi les règles de participation. Puis on va donner quelques conseils sur la meilleure façon de s'y préparer. Cette rencontre-là va être animée par le président de la commission, M. Pierre Magnan, résume Alexandra Barbeau.

Les auditeurs pourront poser des questions à la fin de la rencontre. 

Projet controversé

Plusieurs groupes environnementaux ont demandé au ministre de l'Environnement de commander cette enquête publique au BAPE.

Parmi eux, la Coalition Québec meilleure mine est particulièrement inquiète de la destruction des lacs et de la gestion de l'eau qui sera rejetée dans la nature par le projet minier.

Il y a des alternatives à moindre impact comme remblayer la fosse à ciel ouvert, suggère Ugo Lapointe, porte-parole de la Coalition Québec meilleure mine et coordonnateur à MiningWatch Canada, qui compte participer aux audiences publiques.

Ugo Lapointe, de la coalition Québec meilleure mine

Ugo Lapointe, porte-parole de la Coalition Québec meilleure mine et coordonnateur à MiningWatch Canada

PHOTO : RADIO-CANADA / ARCHIVES

Selon M. Lapointe, cette façon de faire serait plus coûteuse, mais plus responsable pour la protection de l'environnement.

Michael Marcotte, vice-président relation aux investisseurs pour Champion Iron, explique que son entreprise a considéré le remplissage des fosses, mais indique que cela n'est pas possible car elle enfouirait du même coup des ressources exploitables, ce qui est interdit par le gouvernement.