Communiqué

Budget du Québec 2022 : Plus d’extraction minière, moins de recyclage

Source: 
La Coalition Québec meilleure mine – MiningWatch Canada

Montréal/Québec - Mardi 22 mars 2022. Les membres de la Coalition Québec meilleure mine déplorent le manque de mesures budgétaires structurantes visant à favoriser le recyclage et l’économie circulaire des minéraux du Québec, notamment le recyclage des batteries pour les véhicules électriques.

“Alors que Québec prévoit des dizaines de millions en appui au secteur minier et des milliards pour l’électrification des transports, rien n’est prévu dans le budget 2022 pour accélérer le recyclage et l’économie circulaire des minéraux utilisés dans les technologies de transition énergétique”, déplore Ugo Lapointe, porte-parole de la Coalition Québec meilleure mine.

La Coalition déplore également le manque de mesures structurantes visant le renforcement de la capacité du ministère de l’Environnement pour remplir sa mission de protection de l’eau, de l’air et du patrimoine naturel du Québec dans l’encadrement de toute la chaîne de production et d’utilisation des ressources minérales, des mines aux produits finis.

Faits saillants du Budget 2022 dans le secteur des ressources minérales:

  • Ajout de 15.0M $ à l’extraction et la valorisation des minéraux critiques, portant le total à 127.4 M$ depuis le Budget 2020. À l’inverse, aucune somme n'est prévue (0$) pour les secteurs du recyclage et de l’économie circulaire, par rapport aux 6.0 M$ annoncés dans le Budget 2021 et aux 18.0 M$ prévus dans le Budget 2020 pour le recyclage des batteries.
  • Le mot “minier” apparaît 29 fois dans le Budget 2022, par rapport à 17 fois dans le Budget 2021 et à 4 fois dans le budget 2020. En contrepartie, les mots “recyclage” ou “économie circulaire” appairaissaient 26 fois dans le Budget 2020, 9 fois dans le Budget 2021 et une seule fois dans le Budget 2022.
  • Ajout de 38.5 M$ pour un “Plan de gestion de l'amiante et des résidus amiantés”, dont 38% (14.5 M$) pour "Accompagner et encadrer les partenaires”, sans toutefois préciser les objectifs de cet accompagnement et comment les fonds seraient dépensés.
  • Ajout de 27.7 M$ pour “Réduire la pollution atmosphérique et sonore”, dont un programme pour soutenir “l’atteinte des normes de qualité de l’air, notamment en matière de nickel, et devrait répondre aux enjeux actuels posés par l’extraction, l’entreposage et le transbordement de ce minerai.” Bien que l’objectif soit louable, sa mise en œuvre va à l’encontre du principe pollueur-payeur et est totalement contradictoire avec l’intention du gouvernement d’assouplir la norme de pollution du nickel dans l’air. Le gouvernement agit ici comme un “pyromane-pompier”.
  • Aucune somme n’est prévue pour moderniser les cadres actuels et renforcer la capacité des municipalités, MRC et Nations Autochtones dans l’établissement des « Territoires incompatibles à l’activité minière » prévus à la Loi sur les mines du Québec.

La coalition rappelle que Québec s’est déjà engagé à hauteur de près de 1 milliard dans des projets d’extraction minière au cours des dernières années, notamment par l’entremise du ministère de l’Économie et de l’Innovation et d’Investissement Québec.

Pour information:

National

  • Ugo Lapointe, Coalition Québec meilleure mine, 514-708-0134
  • Rodrigue Turgeon, MiningWatch Canada, 819-444-9226
  • Rébecca Pétrin, Eau Secours, 514-246-9075

Régional:

  • (Laurentides) Tom Arnold, maire de Grenville-sur-la-Rouge, 613-677-1001
  • (Outaouais) Louis St-Hilaire, Regroupement pour la protection des lacs de la Petite Nation, 514-591-9167
  • (Lanaudière) Gilles Cartier et Daniel Tokatélof, Association pour la protection du Lac Taureau, 514-212-2112, ou encore May Dagher, Coalition des opposants à un projet minier en Haute-Matawinie, 438-820-5800
  • (Abitibi-T.) Marc Nantel, Regroupement vigilance mines de l’Abitibi-Témiscamingue, 819-737-8620, 819-734-7981, ou encore Henri Jacob de l’Action boréale, 819-738-5261