Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.
Ami(e)s de Mines Alerte

La nation Tŝilhqot’in mènera une action pacifique pour protéger Tetan Biny et Yanah Biny : Elle appelle le gouvernement de la Colombie-Britannique à intervenir

Tŝilhqot’in National Government
253-4th Avenue North, Williams Lake, BC V2G 4T4 - Phone (250) 392-3918 - Fax (250) 398-5798

Williams Lake (Colombie-Britannique) - La nation Tŝilhqot’in se regroupe en vue d’une action pacifique visant à exercer ses droits innés et à faire respecter ses lois ancestrales afin de protéger d’un vaste programme de forage dirigé par Taseko Mines Ltd. (TML), Teẑtan Biny (lac Fish) et Yanah Biny (lac Little Fish), lieu d’une profonde signification culturelle et spirituelle pour le peuple Tilhqot’in. Ce moyen de pression vient aussi appuyer le rejet du projet minier New Prosperity.

Le 27 juin 2019, TML a écrit à la nation Tŝilhqot’in pour l’informer qu’elle mobiliserait de l’équipement lourd, y compris du matériel d’exploitation forestière et de dégagement des routes, et ce à compter du 2 juillet 2019. TML a également signifié que les travaux de perturbation du sol commenceraient le 3 juillet 2019. C’est là une violation directe de la loi Tŝilhqot’in. Taseko Mines Ltd. n’a pas obtenu le consentement de la nation Tŝilhqot’in pour entreprendre ces travaux. Le refus de la société de prendre en compte la demande de la nation Tŝilhqot’in de suspendre les opérations a obligé celle-ci à prendre des mesures pour protéger son site sacré.

Le programme d’extraction de TML a été approuvé par la Colombie-Britannique, même si le gouvernement du Canada a rejeté le projet minier en 2014. Faisant totalement fi de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, la Colombie-Britannique a approuvé le forage d’une mine qui ne peut pas être construite légalement.

Citations

Nits’ilʔin (chef) Joe Alphonse, président du Conseil tribal, gouvernement de la nation Tŝilhqot’in :

« Ce projet est mort. Il ne peut pas être construit. Pourtant, la société veut détruire un endroit qui est aussi sacré pour nous qu’une église. Nous sommes profondément préoccupés par l’escalade de ce conflit. En tant que nation, notre priorité absolue est la sécurité de nos membres, des employés de TML et des sous-traitants. C’est pourquoi nous devons prendre des mesures pacifiques pour éviter que la situation ne dégénère ».

Nits’ilʔin (chef) Russell Myers Ross, vice-président, gouvernement de la nation Tŝilhqot’in :

« Que les Tŝilhqot’in doivent se défendre des envahisseurs nous ramène à plus de 150 ans en arrière. Nous avons l’impression que rien n’a changé en ce qui concerne les relations entre la Couronne et les peuples autochtones. Les paroles d’exonération prononcées par la Couronne à nos chefs de guerre visaient à reconnaître les torts et à prévenir les conflits futurs. La Colombie-Britannique doit comprendre que TML n’a pas et n’obtiendra pas le consentement de la nation Tŝilhqot’in. Elle doit intervenir pour empêcher le conflit de s’aggraver ».

Nits’ilʔin (chef) Jimmy Lulua, gouvernement de la Première nation Xeni Gwet’in :

« Nulle part ailleurs une nation n’a été soumise non seulement à un, mais à deux examens environnementaux fédéraux, confirmant l’importance culturelle et spirituelle de cet endroit pour notre peuple. Le gouvernement fédéral a rejeté ce projet minier à deux reprises. Nous nous attendons maintenant au même genre de leadership chez le premier ministre John Horgan. La province de la Colombie-Britannique dispose des outils nécessaires pour intervenir. Mais, jusqu’à présent, elle ne semble pas disposée à faire preuve de leadership et à résoudre ce conflit une fois pour toutes. Le moment est venu d’agir ».

Remarque aux médias : les représentants des dirigeants de Tŝilhqot’in assisteront à cette action pacifique et seront à la disposition des médias pour des entrevues. D’autres seront disponibles par téléphone. Le GNT s’efforcera de prendre des photos et/ou de filmer des vidéos qu’il partagera avec les médias.

Pour obtenir un document d’information intégral et une chronologie de cet enjeu, ainsi que des images, des vidéos et plus encore, veuillez consulter http://bit.ly/2Rx6zdS (demande d’accès requise).

Ressources

Contacts média

  • Graham Gillies, gouvernement de la nation Tŝilhqot’in, (604) 779-4221
  • Crystal Rain, gouvernement de la nation Tŝilhqot’in, (250) 305-7907