EnglishEspañolFrançais
Mines Alerte dans les Nouvelles

Deux ingénieurs sont blâmés dans le déversement de la mine de Mount Polley

Source: 
Radio-Canada

« Justice n'a pas été rendue dans cette affaire », déclare un organisme de surveillance des mines. 

Le déversement d'eaux usées en août 2014 de la mine du Mount Polley, en Colombie-Britannique.

Le déversement d'eaux usées, en août 2014, de la mine du Mount Polley, en Colombie-Britannique. PHOTO : LA PRESSE CANADIENNE / JONATHAN HAYWARD

Sept ans après la rupture du bassin de décantation de la mine de Mount Polley qui a provoqué le plus important déversement de résidus au Canada, deux ingénieurs sont blâmés par leur ordre professionnel.

Le 4 août 2014, un bassin de décantation de 4 kilomètres carrés s'est rompu à la mine située dans le centre de la Colombie-Britannique.

Plus de 17 millions de mètres cubes d'eau et 8 millions de mètres cubes de résidus miniers, contenant des déchets d'extraction de cuivre et d'or toxiques, se sont déversés dans des lacs et des ruisseaux qui étaient une source d'eau potable et de frayère au saumon rouge dans la région de Cariboo.

À ce jour, aucune accusation n’a été déposée contre l’exploitant minier. 

Deux ingénieurs blâmés

Mardi, les résultats des audiences disciplinaires de l'ancien ingénieur Stephen Rice et de l'ingénieure Laura Fidel ont été publiés par l'Association des ingénieurs et des géoscientifiques de Colombie-Britannique (EGBC), chargée d'établir et de faire respecter les normes de pratique professionnelle.

Le comité de discipline a constaté que les employés avaient fait preuve d'une conduite non professionnelle dans le cadre de leur travail à la mine. 

Dans un communiqué, l'EGBCAssociation des ingénieurs et des géoscientifiques de Colombie-Britannique signale qu'un comité d'audience disciplinaire a imposé une amende maximale de 25 000 $ à Stephen Rice, qui a démissionné en 2018. 

Un comité de discipline distinct a conclu que Laura Fidel avait commis plusieurs actes de conduite non professionnelle. Elle n'a notamment pas assuré une observation et une surveillance suffisantes de la digue. 

Le manque de visites sur les lieux et le manque de surveillance des écoulements d'infiltration a mené à des conditions dangereuses et instables, note l'EGBC (Association des ingénieurs et des géoscientifiques de Colombie-Britannique)

Vue aérienne des dommages causés par l’éclatement de la digue de la mine du mont Polley, le 5 août 2014.

Vue aérienne des dommages causés par l’éclatement de la digue de la mine du mont Polley, le 5 août 2014. PHOTO : LA PRESSE CANADIENNE / JONATHAN HAYWARD

La justice n'a pas été rendue

Ils s'en sortent indemnes, déplore Ugo Lapointe, le coordinateur du programme canadien de surveillance des mines, MiningWatch Canada. Le résultat des audiences contre les ingénieurs impliqués dans la catastrophe de Mount Polley démontre la faiblesse des contrôles environnementaux dans l'industrie canadienne.

Selon M. Lapointe, au-delà des sanctions individuelles qui sont nécessaires, il faut que les entreprises qui polluent en soient tenues pour responsables :  Cela envoie un mauvais signal à l'ensemble des entreprises qui gèrent des sites de déchets miniers, de résidus miniers. 

Il appelle à une révision de la Loi sur les pêches pour autoriser des sanctions pénales administratives et que des amendes soient donnée aux entreprises polluantes en fonction de leurs revenus.

En 2019, un délai de cinq ans a expiré pour les accusations fédérales en vertu de la Loi sur les pêches liées à la catastrophe. La Colombie-Britannique a aussi manqué le délai de trois ans pour porter des accusations en vertu de la Loi sur la gestion environnementale et de la Loi sur les mines de la province.

Des débris entraînés par le déversement de la mine se retrouvent dans le lac Polley, en Colombie-Britannique.

Des débris entraînés par le déversement de la mine se sont retrouvés dans le lac Polley. PHOTO : LA PRESSE CANADIENNE / JONATHAN HAYWARD

La mine de Mount Polley est détenue et exploitée par Mount Polley Mining Corporation, une filiale d'Imperial Metals, établie à Vancouver. 

La compagnie n'a fait face à aucune pénalité pour le déversement.

À titre de compensation, Imperial Metals a reçu 100 millions de dollars de la société d'ingénierie qui a embauché les ingénieurs. Elle a également reçu un crédit d'impôt de 40 millions de dollars pour le nettoyage du site du déversement.

L'EGBC (Association des ingénieurs et des géoscientifiques de Colombie-Britannique) affirme avoir pris des mesures pour améliorer la sécurité des barrages en Colombie-Britannique, notamment en produisant des directives de pratique professionnelle pour la surveillance des fondations de barrages.

Le ministère fédéral des Ressources naturelles et Imperial Metals n'ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Une audience disciplinaire devrait avoir lieu au cours de cette année pour une troisième personne. 

Aucune des allégations dans cette affaire n'a été prouvée devant un tribunal. 

Avec les informations d'Yvette Brend et Mélinda Trochu

Publié originalement ici.